Natures mortes : toutes choses belles et attachantes à rendre

Accueil > carpentier > Natures mortes : toutes choses belles et attachantes à rendre

Natures mortes : toutes choses belles et attachantes à rendre

Le Journal de Marguerite Jeanne Carpentier mentionne un nombre non négligeable de natures mortes achetées à son atelier : fruits, fleurs, poissons. Celles que nous connaissons, peu nombreuses malheureusement, sont traitées en pleine pâte, dans une furia de couleurs où la vie afflue. Dans ses grandes compositions, elles accompagnent le décor où évoluent les personnages.

Le jaune, l’orange vibrent intensément dans la lumière – il faudrait combiner d’incroyables sonorités, avec le reflet du soleil dans la cuisine, sur les poteries et les cuivres mordoré très profond ; des gammes orangées, pleines et luisantes, des blancs à peine dorés, éclatant de lumière, des crèmes compacts, hachés de bleus puissants et chauds, avec des ombres profondes, violacées, des fonds gris bleuté et gris chaud de second plan sur les torchons – un cortège magnifique, dans une chaude lumière, tellement montée de ton et paroxystique dans la plénitude.

Journal de Marguerite Jeanne Carpentier -Tome 3- Avril 1936

Lilium Roses La théière

2015-Ⓒ 2017 Musée Elise Rieuf - Massiac
Plan du site| Mentions légales| Liens utiles